La Fondation de l’Abbaye de Lagrasse s’engage à soutenir la restauration de l’église abbatiale, de son transept sud et de son clocher.

L’église est le cœur de l’abbaye où se célèbre chaque jour la liturgie. L‘ensemble monumental présente un aspect particulier qui donne au projet un intérêt exceptionnel : les différentes parties de cette église sont d’origines distinctes. Le corps de l’église date du XIIIe siècle, sur une base plus ancienne, certainement carolingienne. Des absidioles romanes du XIe siècle s’accolent au transept sud. Et le clocher est du XVIe siècle.

L’abbaye de Lagrasse, habitée par les Chanoines Réguliers de la Mère de Dieu, est située au cœur des Corbières, entre la cité médiévale de Carcassonne et la ville romaine de Narbonne, dans l’un des plus beaux villages de France. Elle est un des monuments religieux les plus symboliques du sud de la France.

Fondée au VIIIe siècle, elle bénéficia de la protection de l’empereur Charlemagne. Elle présente un catalogue d’architecture, du Xe au XVIIIe siècle, que la communauté restaure depuis son acquisition en 2004.

Les chanoines sont des religieux qui suivent la règle de Saint Augustin et mènent une vie fraternelle, contemplative et missionnaire.

Restaurons le clocher 2018 – 2019

 

Au XVIe siècle, Philippe de Lévis, nouvel Abbé de Lagrasse, dotait l’église existante d’un monumental clocher au bout du transept sud, réplique du clocher de la cathédrale de Mirepoix, d’où venait le nouvel abbé. Surmonté d’une flèche, l’édifice devait atteindre 80 m de hauteur. Sa flèche de 40 m a-t-elle seulement jamais existé ?

Ce chantier, prévu sur 18 mois, comporte plusieurs points :

  • Étanchéifier le faîte du clocher
  • Rétablir les étages intermédiaires
  • Restaurer les gargouilles, les sculptures, les pinacles…

Budget : 1,4 million €

Relevons le transept sud 2019 – 2021

 

Le transept sud réunit le corps de l’église au clocher. Après avoir subi les outrages du temps et les coups des hommes, il est aujourd’hui écroulé et ouvert aux intempéries. Seul un arc en plein cintre subsiste. L’ouverture vers l’église est empêchée. L’église est amputée.

Il s’agira de restaurer la voûte du transept en prenant appui sur des arcs restitués, de recréer la charpente et la toiture selon des études architecturales, et de rouvrir le transept sur l’église.

Ce chantier d’exception, prévu sur 2 ans, comporte plusieurs points :

  • Démolition des parties récentes (voûtes de plâtre, toitures, cloisons…)
  • Réaliser des fouilles archéologiques
  • Rouvrir le transept sur la nef
  • Restaurer les voûtes du transept
  • Recréer la charpente et la toiture

Budget : 2,3 millions €

Restaurons le corps central de l’église 2021 – 2023

 

Le corps de l’église lui-même, datant du XIIIe siècle, sera restauré du sol jusqu’à la toiture. Ce chantier, complémentaire de celui du transept, permettra d’accueillir les visiteurs toujours plus nombreux et de leur offrir un lieu de culte et de prière.

Ce chantier, prévu sur 2 ans, comporte les points suivants :

  • Enlever et restaurer les vitraux
  • Restaurer la charpente et la toiture
  • Restaurer les maçonneries des remplages
  • Aménager les intérieurs : mobilier du sanctuaire, électricité, chauffage au sol

Budget : 1,6 million €